Accueil

Les labels, supports de l’innovation durable dans la construction

Avec la montée des injonctions au développement durable, les dynamiques collectives de l’innovation se reconfigurent. La place accordée aux « labels » dans la coordination de ces activités, à l’échelle d’un secteur économique ou industriel, représente une tendance majeure caractérisant ces transformations. Dans le secteur du bâtiment, ces évolutions se traduisent par une multiplication de ces dispositifs de réglementation, normalisation et certification destinés à construire des marques de qualité des ouvrages et des acteurs qui les réalisent : « Bâtiments Basse Consommation », « Bâtiment bio-sourcé », « Eco-artisans », « Reconnu Garant de l’Environnement », etc. La labellisation dans le bâtiment se pose ainsi en nouveau vecteur de diffusion et d’acceptabilité de l’innovation à l’échelle de l’ensemble de la filière : en marquant des produits, des processus, des pratiques et des organisations, le label vise à garantir la conformité à des bonnes pratiques professionnelles, à des réglementations, des normes et ou des standards afin de promouvoir une certaine idée de la qualité et, partant, de l’innovation.

Les objectifs du projet

L’objectif du projet LAPIN est d’analyser la manière dont la labellisation contribue à mettre en forme des dynamiques d’innovation spécifiques au secteur du bâtiment et à articuler logiques économiques et politiques dans des environnements complexes et soumis aux objectifs du développement durable.

Le financement

anrCe projet est financé par l’ANR dans le cadre de l’appel d’offre Sociétés Innovantes 2012.
Numéro de convention : ANR- 12-SOIN-0004.
Durée du projet : 36 mois, de février 2014 à janvier 2016.
Financement : 269 727 €