Auteur : Florence Paterson

Vololona Rabeharisoa

Vololona Rabeharisoa s’intéresse à l’implication croissante des organisations de la société civile dans les activités scientifiques et techniques. Elle étudie les transformations que cela induit sur les modalités de production et de dissémination des connaissances d’une part, sur les formes de mobilisation collective d’autre part.

Fabian Muniesa

Fabian Muniesa est actuellement maître de recherche au Centre de sociologie de l’innovation de Mines ParisTech. Initialement formé à la sociologie, ses domaines d’expertise incluent la sociologie des sciences et des techniques, l’anthropologie économique et les sciences de l’organisation.

Cécile Méadel

Cécile Méadel a consacré l’essentiel de ses travaux aux usages des techniques de communication. Historienne de formation, elle s’est d’abord intéressée à la généalogie des médias (radio, télévision haute définition, informatique) en étudiant plus particulièrement la manière dont les concepteurs,…

Alexandre Mallard

Alexandre Mallard a réalisé ses premières recherches en sociologie des sciences et des techniques. Après sa thèse portant sur la coordination de l’action par les instruments, il a passé une année post-doctorale à l’institut Max Planck d’Histoire des Sciences de Berlin.

Antoine Hennion

Antoine Hennion est entré au CSI en 1974, avec une bourse de recherche pour étudier l’industrie du disque. Il a fait toute sa carrière au CSI, centre qu’il a dirigé de 1994 à 2002. Il a mené des travaux en…

Brice Laurent

Brice Laurent s’intéresse aux relations entre la fabrique de la science et la construction de l’ordre démocratique. A travers une approche directement issue des Science and Technology Studies, ses recherches portent sur les dispositifs qui lient les programmes de recherche, la fabrication des objets techniques et la production de différents types de publics.

Michel Callon

Professeur de sociologie à l’Ecole des Mines de Paris, directeur du Centre de Sociologie de l’Innovation de 1982 à 1994, président de la 4S (Society for Social Studies of Science) en 1998-1999, Michel Callon est, aux côtés de Bruno Latour et John Law, l’un des «fondateurs» de ce qui est appelé l’Actor-Network Theory (théorie de l’acteur-réseau), ou encore sociologie de la traduction. Ses travaux couvrent un large spectre d’intérêts autour des questions relatives aux interrelations entre sciences, techniques et société.

Vincent-Arnaud Chappe

Vincent-Arnaud Chappe est sociologue, chargé de recherche au CNRS. Il a soutenu une thèse de sciences sociales en décembre 2013 à l’ENS Cachan portant sur le recours judiciaire des victimes de discrimination au travail. Il s’est intéressé notamment aux tensions liées à l’usage de ce droit, entre demandes de réparation émanant des victimes, contraintes liées au respect de la grammaire juridique, et horizons politiques visés par des acteurs collectifs.

Madeleine Akrich

Madeleine Akrich a consacré l’essentiel de ses travaux à la sociologie des techniques, en s’intéressant spécifiquement aux usagers : elle a essayé de comprendre comment les innovateurs, concepteurs, promoteurs de dispositifs techniques construisent des représentations des usagers auxquels ils destinent leurs dispositifs et inscrivent ces représentations dans les choix techniques et organisationnels qu’ils effectuent, produisant ainsi des «scénarios» qui cadrent les relations possibles entre les usagers et les dispositifs.