Emilie Perault

Doctorante




  • Présentation



Titre de la thèse : Les expérimentations citoyennes dans l’habitat partagé. Vers un renouveau des modes d’habiter ?

Sous la direction d’Alexandre Mallard

Dans cette thèse, je m’intéresse à deux projets d’habitat partagé autour desquels des particuliers se sont regroupés en collectifs : le Groupe du 4 mars, un projet de coopérative d’habitants à la Croix-Rousse (Lyon) en partenariat avec un bailleur social et Une Autre Destination, un projet de Ferme d’accueil en Ardèche méridionale qui combine des activités de recyclage et agricoles. Dans les deux cas, les acteurs ont identifié des problèmes – les considérant comme des manifestations du capitalisme dans la politique de l’habiter (spéculation foncière, inégalités d’accès au logement et exclusion des plus démunis) – et tentent de faire advenir des projets conçus pour y apporter des solutions. Ces projets sont à voir comme des propositions d’alternatives et l’action des acteurs s’y déploie dans un souci d’inclusion et de réalisation dans la mesure du possible. Ces possibles sont sujets à prospection et mettent au travail les acteurs pour les identifier. C’est un processus tâtonnant. Il implique de bricoler, de s’appuyer sur les bonnes expertises, de faire des concessions, d’abandonner des voies et de s’en créer des nouvelles. Les acteurs parlent souvent d’ « essaimage ». Il s’agit ainsi pour eux d’ouvrir de nouvelles voies pour les autres (dimension d’exemplarité), tout en s’appuyant sur des expériences issues d’initiatives dont ils se sentent proches afin de les prolonger. La logique est celle du petit geste, de la multiplication des expérimentations, avec la perspective que leur accumulation parvienne à créer des décalages dans la politique de l’habiter. En même temps qu’ils tentent de tenir leur projet d’habitat inclusif, ils souhaitent participer au changement. C’est par exemple le cas lorsqu’ils assurent l’accueil des personnes fragilisées et leur offrent une activité de travail alors que le projet d’habitat n’est pas encore abouti (voir Perault, 2018). Suivre les tentatives de ces groupes pour ouvrir des possibles en cours d’expérimentation permet d’observer que les acteurs ont une « visée pragmatique de l’engagement » bien à eux, où l’action militante consiste à récolter les fruits de leurs actions dans l’ici et maintenant (Lolive, 2010). Les acteurs tentent de bricoler des possibles tout en tenant compte des problèmes existants et des conséquences de leurs actions. En effet, la logique d’expérimentation n’est pas un moyen de se dé-responsabiliser vis-à-vis des conséquences. Au contraire, il s’agit pour les acteurs de construire des possibles tout en se coltinant les problèmes déjà-là (voir Haraway, 2016). Ainsi au-delà de l’aspect expérimental, la thèse s’attachera à rendre compte de la manière dont ces collectifs résistent à la logique du « possible impératif » (Debaise et Stengers, 2017).       

La démarche expérimentale implique que les modalités de fabrication de ces projets ne soient pas fixées par avance et que l’engagement des parties prenantes reste toujours hésitant (Laurent, 2010). Cela m’invite à tenir plusieurs choses dans la thèse : le projet est négocié – à la fois par les acteurs qui le portent mais aussi par ceux avec lesquels ils se mettent en relation pour le faire advenir (ex : acteurs publics) – et il est incertain puisqu’on ne peut jamais prédire s’il va aboutir, et parce que s’il aboutit, les obstacles sont si nombreux que le résultat n’est jamais le même que ce qui a été pensé en amont par les pionniers. En même temps que ces collectifs tentent de faire émerger de nouveaux possibles, ils expérimentent in situ pour la concrétisation d’un projet dont la définition et le collectif ne sont jamais stabilisés et ils doivent faire face à de nombreuses incertitudes. Dans ce mouvement perpétuel, comment les projets tiennent-ils leurs promesses d’inclusion et de changement ? En situation d’épreuve comment le cap est maintenu ? Quels intermédiaires, instruments ou supports d’exploration sont mobilisés par les acteurs pour réduire les incertitudes quant à l’aboutissement de leur projet ?

Pour répondre à ces questions, il s’agira dans la thèse de partir des problèmes posés aux acteurs, à la fois parce que les sites de problématisation (Callon, 2012 ; Laurent, 2010) permettent de regarder le processus de composition et de stabilisation des projets mais aussi parce qu’ils donnent à voir la créativité déployée par les acteurs pour réduire les incertitudes et tenir bon. S’intéresser aux épreuves, c’est s’intéresser aux acteurs en situation, à la manière dont leurs attachements se font et se défont puisque « pour savoir ce qui nous tient, il faut l’éprouver, le mettre à l’épreuve » (Hennion, 2013). Partir des épreuves et de la manière dont elles sont démêlées pourrait ainsi constituer un geste du chercheur vis-à-vis de ses acteurs dans la mesure où il rend compte de leur créativité en situation d’incertitude.          

 

Références bibliographiques

Callon M., 2012, « Les incertitudes scientifiques et techniques constituent-elles une source possible de renouvellement de la vie démocratique ? », CSI Working Papers, Series 028.

Debaise D., Stengers I., 2017, « L’insistance des possibles. Pour un pragmatisme spéculatif. », Multitudes, 65, p. 82-89.

Haraway D.J., 2016, Staying with the trouble: making kin in the Chthulucene (Experimental futures), Durham London, Duke University Press, 296 p.

Hennion A., 2013, « Vous avez dit attachements ?… », dans Akrich M., Barthe Y., Muniesa F., Mustar P. (dir.), Débordements : Mélanges offerts à Michel Callon, Paris, Presses des Mines (Sciences sociales), p. 179-190.

Laurent B., 2010, Les politiques des nanotechnologies: pour un traitement démocratique d’une science émergente, Paris, Charles Léopold Mayer, 242 p.

Lolive J., 2010, « Mobilisations environnementales », dans Ecologies urbaines, Economica-Anthropos, Paris (Villes), p. 276-302.

Perault E., 2018, « Du travail à l’activité : l’expérimentation de la rotation dans un projet de ferme d’accueil », Rhizome, 67, p. 54-61.