Marie Alauzen

Doctorante




  • Presentation



Titre de la thèse : Le nouveau corps du Leviathan. Enquête sur l’ergonomie informatique de l’Etat.

Sous la direction de Fabian Muniesa

La thèse explore l’informatisation de l’État à travers un assemblage de dispositifs, de pratiques et d’infrastructures qui se complètent, se concurrencent et s’agencent pour former la politique contemporaine de réforme de l’État en France. Le cahier des charges à remplir par les acteurs est le suivant : mettre à jour, améliorer l’efficacité et éventuellement réduire le coût des services rendus par les Administrations, notamment par le développement et la maintenance d’infrastructures informatiques. Il faut harmoniser et simplifier les procédures, mesurer la performance, concevoir et tester des services adaptés aux usages. Il faut également tenir compte des faiblesses des équipements techniques des administrations, se confronter aux routines et écouter celles et ceux que l’on appelle les usagers. D’aucuns parlent de bâtir l’État plate-forme.

La perspective développée s’inscrit dans l’anthropologie des sciences et des techniques et les études foucaldiennes sur la gouvernementalité. À partir d’une enquête ethnographique d’administration, la thèse aborde une série de problèmes caractéristique des transformations de la politique, pénétrée par la science et la technologie : l’information, le design, l’accessibilité, la participation, le droit, l’identité des utilisateurs, la mémoire. Elle propose d’appeler « nouvelle ergonomie informatique de l’État » ce travail constant, hésitant et fragile qui entretient l’intérêt d’une transformation formelle de l’État.