Séminaire de recherche du CSI – Maintenir/soutenir : de la fragilité comme mode d’existence

Années 2017-2019

Séminaire de recherche organisé par Jérôme Denis, Antoine Hennion et David Pontille

Séminaire ouvert, se tenant une fois par mois sur deux ans, le mardi de 11 à 13h (décembre 2017 à juin 2019). Pour des raisons d’organisation, SVP envoyez un mail annonçant votre présence à catherine.lucas@mines-paristech.fr

 

Le séminaire part d’un constat : la prolifération actuelle de recherches qui traitent du soin, du care, de l’attention. Elles portent sur le climat ou sur Gaïa, sur l’art de réparer les objets ou de conserver des œuvres, sur la maintenance des réseaux techniques, ou encore sur les bonnes façons de considérer les personnes vulnérables ou les exclus. L’un des critères du succès de notre entreprise sera d’avoir trouvé des passages féconds – plus étroits, mieux tissés, singuliers, à frayer en situation – entre les recherches plus empiriques et les approches spéculatives plus thématisées qui se forgent un peu partout sur la question : réflexions sur ce que cela implique, sur les plans philosophique, critique, politique, de soutenir ces entités fragiles, et de participer ainsi à la curieuse augmentation croisée de l’existence de chacun que ces relations portent.

Au delà de leur variété et du caractère souvent impérieux de l’engagement qu’ils exigent, ces travaux nous semblent en effet témoigner, vis-à-vis de la fragilité du monde, des êtres et des choses, d’une inquiétude et d’un souci aux accents et aux visées inédits. Des êtres ou des états à la fois en voie de disparition et de constitution : ce peut être la définition provisoire de la fragilité ou de la précarité que nous nous donnons. Non pas un trait propre à certains, donc, mais une façon partagée de saisir des états ouverts, souvent durs mais riches de possibles ; non pas une définition par défaut, mais une forme d’attention qui rende sensible à ces appels.

En accompagnant plutôt qu’en observant les réalités en cause, ces chercheurs mobilisent une large palette de ressources issues de traditions diverses : bien au delà d’une exigence de participation, se préoccuper de l’état du monde tout en se fondant sur des enquêtes empiriques rigoureuses ne va pas sans une remise en cause de la nature même de la recherche, qu’il s’agisse des modes d’enquête, de la relation à établir aux acteurs, aux objets et aux milieux, du statut des textes et des actes produits, ou encore, de la frontière avec des réflexions et des gestes provenant d’autres disciplines, de philosophes, d’écrivains, d’artistes ou d’activistes.

Profitant de cet élan dont nous sommes partie prenante, dans le fil de la reprise du pragmatisme, des philosophies de la différence ou des anthropologies pluralistes, le séminaire vise à mieux connaître ces recherches d’un nouveau genre. En les discutant et en les mettant en relation, éventuellement de façon paradoxale, autour du thème de la fragilité, l’objectif est de détailler les formes d’enquête, d’écriture et d’action que ces travaux tout à la fois requièrent et permettent de réinventer, tout en reformulant ensemble les concepts qui conviennent à un tel propos.

 

19 décembre 2017 : Fragilité : introduction du séminaire par ses organisateurs

  Introduction
  Jérôme Denis et David Pontille
  Antoine Hennion
  Discussion

23 janvier 2018 : Didier Debaise, Le récit des êtres précaires. Héritages du pragmatisme

Professeur à l’Université Libre de Bruxelles, membre du GECo (Groupe d’études constructivistes), Didier Debaise, qui a notamment travaillé sur Tarde, James, et surtout Whitehead, a récemment publié L’appât des possibles, Presses du réel.

  Enregistrement de la séance

6 mars : Marielle Macé, La vie qualifiée

Historienne de la littérature et essayiste, Marielle Macé a notamment travaillé sur le style et les formes de vie. Elle a récemment publié chez Verdier un beau livre sur les migrants, Sidérer, considérer. Migrants en France, 2017.

  Enregistrement de la séance

20 mars : Alexei Yurchak, Laboratory for the Future: Lenin’s body between biochemistry and art

Alexei Yurchak est Associate Professor au département d’anthropologie de l’UC Berkeley. Son livre Everything Was Forever Until It Was No More. The Last Soviet Generation (Princeton University Press) a remporté le prix Wayne Vucinic Book Award du meilleur livre de l’année décerné par l’American Society for Eastern European, Eurasian and Slavic Studies.

  Enregistrement de la séance

22 mai : Anne-Sophie Haeringer, La fin de vie comme art de ménager d’innombrables passages

Anne-Sophie Haeringer est sociologue, chargée de recherche au sein de l’équipe Politique de la connaissance du Centre Max Weber (UMR 5283) et chercheure associée de l’équipe CRESSON du laboratoire Ambiances, architectures, urbanités (UMR 1563). Inscrits dans une perspective pragmatiste, ses travaux s’intéressent à l’existence incertaine ou débordante des êtres en train de se faire, et aux modalités d’attention, de soutien ou d’accompagnement que requièrent ces êtres : pratique des conteurs contemporains,  mobilisations de collectifs d’habitants contre des projets de rénovation urbaine, ou accompagnement en fin de vie.

  Enregistrement de la séance

5 juin [séance annulée – la venue de Fernando Domìnguez Rubio est reportée à la saison prochaine]

26 juin : Tim Edensor, Maintaining, Restoring, Neglecting and Disposing: the changing values of Melbourne’s building stone

Tim Edensor enseigne la géographie culturelle à la Manchester Metropolitan University. Ses recherches portent sur l’identité nationale, le tourisme, les ruines et la matérialité urbaine (il a notamment étudié les pratiques de restauration du patrimoine architectural), et plus récemment les mobilités et les paysages d’illumination et d’obscurité. Son livre From Light to Dark: Daylight, Illumination and Gloom a été publié en 2017 par les Minnesota University Press.

  Enregistrement de la séance

 

Bibliographie indicative

Citton, Y. (2014). Pour une écologie de l’attention. Paris: Le Seuil.

Coccia, E. (2010). La Vie sensible. Paris: Payot/Rivages.

Debaise, D. (2015). L’appât des possibles. Paris: Presses du réel.

Denis, J. & D. Pontille (2015). Material ordering and the care of things. Science, Technology, & Human Values, 40(3), 338-367.

Denis, J. & D. Pontille (2017). Beyond Breakdown: Exploring Regimes of Maintenance. Continent, 6(1), 13-17.

Domínguez Rubio, F. (2016). On the discrepancy between objects and things. Journal of Material Culture, 21(1), 59-86.

Domínguez Rubio, F. (2014). Preserving the Unpreservable: Docile and Unruly Objects at MoMA. Theory and Society, 43(6), 617-645.

Edensor, T. (2011). Entangled agencies, material networks and repair in a building assemblage: The mutable stone of St Ann’s church, Manchester. Transactions of the Institute of British Geographers, 36(2), 238-252.

Graham, S. & N. Thrift (2007). Out of order: Understanding repair and maintenance. Theory, Culture & Society, 24(3), 1-25.

Haraway, D. (2018). Habiter le trouble. Parentés expérimentales dans le Chthulucene (trad. Thierry Drumm). Vaulx-en-Velin: Éditions des mondes à faire (à paraître en avril).

Hennion, A. & P.A. Vidal-Naquet (2017). Might Constraint be Compatible with Care? Sociology of Health and Illness, 39(5), 741-758.

Hennion, A. (2016). The Work to be Made. An Art of Touching. In B. Latour & C. Leclerc (eds), Reset Modernity! Cambridge: MIT Press, 208-214.

Hennion, A. & C. Sintive (2016). Un cahier qui pourrait s’intituler “Ce qui se passe” à Calais. PUCA/Pérou:  http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/IMG/pdf/un_cahier_qui_pourrait.pdf

Jackson, S. J. (2014). Rethinking repair. In T. Gillespie, P. J. Boczkowski & K. A. Foot (eds), Media technologies – essays on communication, materiality, and society. Cambridge: MIT Press, 221-240.

Latour, B. (2015). Face à Gaïa. Paris: La Découverte.

Macé, M. (2017). Sidérer, considérer. Migrants en France 2017. Paris: Verdier.

Mol, A., I. Moser & A. J. Pols (eds) (2010). Care in Practice: On Tinkering in Clinics, Homes and Farms. Bielefeld: Transcript Verlag

Puig de la Bellacasa, M. (2011). Matters of care in technoscience: Assembling neglected things. Social Studies of Science, 41(1), 85-106.

Puig de la Bellacasa, M. (2012). ‘Nothing comes without its world’: thinking with care. Sociological Review, 60(2), 197-216.

Tsing, A.L. (2017). Le champignon de la fin du monde. Paris: La Découverte.

Yurchak, A. (2015). Bodies of Lenin: The hidden science of communist sovereignty. Representations, 129(1), 116-157.